L’ambon

samedi 27 décembre 2008
par  Benoit VAN DEN HOVE
popularité : 30%

A quoi ça sert ?
A proclamer la Parole, parfois même à prêcher (permettant ainsi de lier la Parole et la Tradition qui l’interprète) et à réciter le Credo. « La dignité de l’ambon exige que seul le ministre de la Parole y monte » (Missel romain, n°309)
Etymologie : Deux hypothèses s’affrontent : ambonos (grec) « surface courbe » en raison de la forme qu’il a d’abord affecté, ou encore ambainein (grec) « monter », car il était nécessaire de monter pour parvenir au faîte du monument.
Forme : Véritable monument élevé dans les églises primitives, puis tribune surmontée d’un dais, il devint peu à peu un simple pupitre, fixe ou amovible et permettant alors de présenter aux fidèles la Bible.
Emplacement : D’abord situé au centre de la nef, comme à Saint-Clément de Rome, il prit ensuite place à l’appui d’un des piliers du côté droit de la nef, puis, lorsqu’il fut réduit à un pupitre, à l’entrée du chœur. Les formes les plus anciennes, et les plus complexes, pouvaient présenter plusieurs niveaux réservés aux différentes lectures.
Matériaux : D’abord de bois, ils furent ensuite édifiés en pierre, marbre, exceptionnellement en bronze ou revêtus de matériaux précieux (pierres dures, or, argent, etc.) tel celui, célèbre entre tous, qui à Sainte-Sophie de Constantinople, ressemblait à une « tour éblouissant des feux d’innombrables pierres précieuses ».

Parole

« Le scribe Esdras se tenait sur une estrade de bois, construite pour la circonstance ; […]. Esdras ouvrit le livre au regard de tout le peuple — car il dominait tout le peuple — et, quand il l’ouvrit, tout le peuple se mit debout ». (Né 8, 4-5)
« Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie » (Jn 6, 63)
« En effet, dans tout le Prétoire et partout ailleurs, mes chaînes ont acquis, dans le Christ, une vraie notoriété, et la plupart des frères, enhardis dans le Seigneur du fait même de ces chaînes, redoublent d’une belle audace à proclamer sans crainte la Parole ». (Phi 1, 14)


L’ambon de l’Eglise Sainte Julienne

JPEG - 283.3 ko
Cet article a publié dans la revue Il est Vivant qui a donné l’autorisation de sa reproduction sur notre site internet.