Adoration et Marthe & Marie - Formation septembre 2008

samedi 27 décembre 2008
par  Benoit VAN DEN HOVE
popularité : 30%

Voici une retranscription de notes prises au vol au courant de l’enseignement sur l’adoration et Marthe et Marie donné en septembre 2008. Cet article n’est pas un enseignement théologique mais une aide pour ceux qui veulent avancer dans l’adoration
L’Eucharistie c’est la présence réelle
L’Eucharistie n’est pas un « souvenir » de Jésus mais c’est vraiment Jésus qui est là. Nous ne sommes pas devant une photo, nous sommes vraiment devant quelqu’un. L’adoration c’est donc une rencontre entre Jésus et moi. Ce qui est important, c’est d’être là. Seigneur, Tu me souris, je te souris. Seigneur, Tu me regardes, je te regarde.
Si Jésus demande de prier ou d’adorer, c’est qu’Il donnera des fruits. Tout comme Pierre qui pêche toute la nuit sans rien prendre et à qui Jésus demande de retourner pêcher. Il reviendra avec plus de poissons qu’il ne pouvait imaginer. Jésus demande, Jésus donne.
Prier permet de reconnaître Dieu dans toutes les circonstances
Lorsque quelqu’un frappe à la porte, il faut décider d’aller ouvrir. Pour la prière c’est la même chose : il faut décider de prier. Si j’ouvre, je ne serai jamais seul(e). Pour reconnaître Dieu là où nous sommes, là où nous vivons (familles, collègues, voisins, amis,…) il faut être en contact avec Lui. On ne (re)connaîtra pas Dieu si on ne le côtoie pas régulièrement. Dieu se déguise. Je dois donc aller le voir pour le reconnaître ailleurs. Je peux le rencontrer dans la prière, le corps du Christ (qui est sa présence réelle).
Recentrons-nous sans cesse sur Jésus
Souvent, nous commençons à prier et puis nous nous éloignons. Comme Marthe qui est absorbée par les tâches et qui ne voit même pas que le Seigneur est là. Le Roi du monde est là sur l’autel et je l’oublie. Je me laisse absorber par d’autres choses. Mais heureusement, Marthe est positive. Au lieu de bouder dans son coin, elle va vers Jésus et lui adresse la parole en disant : « Seigneur ». Elle revient donc vers Jésus.
Lorsque je m’éloigne de la prière, je ne reviens pas vers Jésus comme si de rien n’était. Comme si je ne m’étais pas éloigné(e) mais je recueille toutes les pensées qui m’ont écartées du chemin de la prière et je les présente à Jésus. Marthe parle à Jésus en faisant des reproches : « Cela ne te gêne pas que Marie ne fasse rien et moi tout ? ». Elle est vraie, elle ne joue pas, elle vient avec ses problèmes, ses soucis. Elle dit : « Je fais tout toute seule ». Elle se trompe car Marie s’occupe de son hôte et quel hôte !
Crions en vérité
Au fond, Marthe est triste de sa solitude. Dans sa prière, Marthe dit la réalité qu’elle vit. C’est cela que Jésus attend de nous. Il veut qu’on s’exprime en vérité. En priant, Marthe découvre qu’elle est trop dans le matériel et que c’est donc pour cela qu’elle est seule. Elle ne voit pas qui elle a devant elle. Jésus répond à Marthe. Il l’appelle : « Marthe, Marthe ». Elle devient donc quelqu’un alors qu’elle était seule. Il faut parfois se taire pour écouter Dieu. Lorsque la parole de Dieu est une remarque c’est pour nous faire grandir.Si Marie avait dit : « Arrête de tout faire », Marthe aurait été vexée. Or, c’est Jésus qui dit : « Marie a pris la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée ». Comme cette parole vient de Jésus, Marthe l’accepte.